Ce week-end, on (re)découvre son patrimoine!

jedp

Ce week-end, du 20 au 21 septembre, ce sont les journées européennes du patrimoine. L’occasion de découvrir, ou de redécouvrir, des lieux devant lesquels on passe tous les jours ou auxquels on n’a jamais osé se rendre. Ou tout simplement des endroits habituellement inaccessibles au public.

Ce que je reproche un peu à ces journées, c’est que les lieux à visiter sont rarement gratuits mais plutôt à tarif réduit ce qui limite encore l’accès aux personnes à faible revenu.

C’est tout de même l’occasion de valoriser notre pays. Vous pouvez par exemple visiter, entre autres archives départementales, les maisons de régions, les hôtels de ville, des musées en visite guidée, certains plateaux de télévision si vous êtes en région parisienne, etc.

Ici vous trouvez tout le programme de ces deux journées sur la France entière!

La montagne la plus dangereuse du monde – J’y étais!!!

Il y a quelques jours, j’ai lu l’article de Chine informations sur « le sentier le plus dangereux du monde« , ce qui m’a rappelé un de mes plus beaux souvenirs de mon séjour en Chine.

C’était le 8 juin 2012. Nous avons vécu cette aventure à cinq: j’étais avec trois allemands (dont deux couchsurfers) et un chinois. C’était la première fois pour tous et ma première fois tout court en montagne. Quelle aventure!

Une maquette de la montagne - je suis allée jusqu'au deuxième sommet.
Une maquette de la montagne – jusqu’au sommet du fond à gauche.

Comment avons-nous eu cette idée?

J’étais en semestre d’échange à Xi’an (à l’ouest de Pékin) et au bout de quelques mois, 华山 (la montagne Hua) était devenue l’objet de toutes les discussions de mon groupe. Encore fallait-il trouver le bon moment pour s’y rendre. J’ai attendu sagement que certains – énormes – groupes s’y rendent pour amener à mon tour les nouveaux et les réticents, pour une aventure à notre rythme. Aussi, je voulais absolument le faire de nuit, ce qui n’était pas du goût de tout le monde. J’attendais également que le froid soit parti pour ne pas nous retrouver sur un sommet enneigé et ainsi voyager léger.

IMG_4323
C’est pour des photos comme celle-ci qu’il faut choisir la nuit!

Pourquoi cette montagne est considérée comme la plus dangereuse du monde?

Cette montagne, ou plutôt cette chaine montagneuse, comporte plusieurs monts auxquels il est possible d’accéder de plusieurs manières. L’un d’entre eux nécessite de longer la paroi rocheuse à peine tenu par quelques crochets et une ridicule planche en bois contre laquelle s’appuyer (plus de détails ici). Voici la raison. Pour moi, la montagne entière mérite ce nom, considérant la hauteur, l’absence totale de sécurité mais on oublie tout ça quand on y est, c’est après qu’on y repense…

Les cadenas c'est universel à l'évidence!
Les cadenas c’est universel à l’évidence!

Comment y aller?

De Xi’an, il suffit de se rendre à la gare. Sur le côté, vous trouverez plusieurs bus qui se trouvent à droite de la gare. Certains se rendent à l’armée de terre cuite, d’autres à Huashan. Il me semble qu’il faut moins d’une heure pour se rendre au village. Là-bas vous trouverez quelques restaurants et une énorme place avant l’entrée de la montagne, et bien sûr un groupe de personnes qui feront du 太极拳 (tai-chi-chuan). Si mes souvenirs sont bons. L’entrée est gratuite mais il vous faut quand même un petit ticket. Et ensuite c’est parti pour l’aventure, à vous de vous y retrouver pour être certains d’arriver à destination! (Oui, les énormes marches à la verticale, vous êtes obligés de les prendre, oui, il y en a 300 mais c’est comme ça!)

Arrivée au petit village de Huashan
Arrivée au petit village de Huashan

Est-ce que ça en vaut la peine?

Je me souviens que sur le chemin du retour, j’ai dit à mes compagnons: « Je ne le referai plus jamais! Mais c’était merveilleux!!! ». En effet, c’est très fatiguant (peut-être aussi parce que ce n’est pas le parcours le plus facile pour une première « randonnée » en montagne), c’est plus ou moins long selon le parcours que l’on choisi, c’est quelques fois dangereux mais il faut avancer que l’on veuille monter ou même rebrousser chemin – car je ne pense pas qu’on vienne te chercher en hélico…

Mes petits chinois ils sont trop gentils, à coup de 加油 (= bon courage) par ci par là. Je crois que je ne les ai jamais vus aussi bavards qu’à cet endroit! Tout le monde va à Huashan: tous les âges, toutes les nationalités (bien que la grande majorité soit chinoise), certains le font régulièrement! On s’entraide quand il y a besoin. J’ai trouvé qu’il y avait un bon esprit, apparemment plus agréable de nuit car moins de monde.

C’est top aussi tout simplement pour dire: « la montagne la plus dangereuse du monde, j’y étais! » 😉 J’ai triché un peu pour le retour. Mon but initial était de refaire tout le chemin inverse à pied (plus rapide qu’à l’aller), mais après 1/5 du chemin, mes mollets me faisaient mal à chaque marche…alors nous avons pris les petites cabines. Mais même là il faut encore faire un bon effort pendant trente bonnes minutes pour y arriver.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le « raccourci » jusqu’aux cabines (le bâtiment sur la droite)

Nous avons pris le bus à 18h, débuté l’ascension vers 19h. Nous sommes arrivés au sommet de la montagne vers 2h du matin. L’allemand et moi nous sommes restés au premier sommet de montagne (j’étais fatiguée). Nous avons cherché un petit coin sympa pour dormir et observer le coucher de soleil car c’est pour ça qu’on l’a fait de nuit! Et le comble, c’est que j’ai tellement bien dormi (Pas lui du coup) qu’il a dû me réveiller pour que je manque pas le lever du soleil! C’était beau, surtout parce que nous étions fiers d’avoir accompli tout ce chemin. Et vous le savez peut-être déjà, ou vous le comprendrez très vite, en Chine on n’est jamais seul…donc nous avons vu le lever du soleil avec 50 autres chinois peut-être, c’était drôle! Nous avons commencé à descendre vers 7 heures, récupéré mon petit chinois au passage pour descendre en cabine et laissé nos deux couchsurfers finir à pied. Autant vous dire que j’ai fait la larve – heureuse – tout le reste de la journée.

J’ai trouvé cette montagne tellement magnifique! La roche est blanche, elle parait lisse, et les hauteurs vertigineuses! Elle est belle de jour comme de nuit. J’ai décidé de vivre cette aventure pour en prendre plein les yeux plus que pour l’activité sportive en elle-même et c’était le cas! Prenez le temps de vous retourner sur votre passage, de faire des pauses car la vue est magnifique et c’est certainement un moment unique!

Seul au monde...ou presque
Seuls au monde…ou presque

Quelques conseils pour profiter au maximum?

Reposez-vous bien la veille, la semaine d’avant, comme vous voulez mais soyez impérativement en forme, surtout si vous prévoyez une ascension de nuit car votre rythme va être décalé (j’ai dormi tout de même 5 heures sur place!).

Nous n’avions pas beaucoup d’appétit mais apportez de l’eau et des choses faciles à emporter et consistantes, pour l’énergie. Moi j’avais acheté une bonne poche de 包子(petits pains cuits à la vapeur fourrés à la viande ou aux légumes, mes favoris!).

Prévoyez-des vêtements dans lesquels vous êtes à l’aise pour grimper, sauter, etc. Des vêtements légers donc mais aussi des vêtements chauds car au sommet, la nuit + la fatigue, vous aurez besoin de gros pulls et couvertures si vous le pouvez. Et bien sûr d’excellentes chaussures…bien que certaines chinoises font tout cela en robe et talons… Alors, pour les modeuses qui me lisent, j’étais restée plus ou moins fashion, ou plutôt j’avais pris ce que je pouvais puisque je n’avais pas tous mes vêtements de France alors j’ai fait ça avec un t-shirt lâche, un short en tissu et des collants noirs. C’est ma façon à moi d’être à l’aise car j’avais peur d’avoir rapidement trop chaud en pantalon. A vous de trouver votre style!

Choisissez bien votre jour: si vous le pouvez, allez-y en semaine il y a aura moins de monde car en Chine « du monde » c’est une ville entière pour nous! Alors imaginez ça en haut d’une montagne sans sécurité et sans surveillance. Évitez les jours de fête et les jours fériés car tout le monde a la même idée et pour les mêmes raisons citées précédemment, c’est vite la catastrophe!

Oui, on n’est pas à l’aise appuyés contre un rocher pour s’endormir donc soit on s’adapte, soit on a pu prévoir et emporter des petits coussins ou quoi que ce soit qui permette un peu de confort.

PETITE ASTUCE: il y a des gardes chinois partout, même en montagne, et là haut ils vous donnent (je crois que ça coûte quelques yuans – et en plus on peut le ramener chez nous) un énorme manteau bien chaud de l’armée. C’est très gentil ça, et ça réchauffe!

Partez en groupe, c’est plus motivant et plus rigolo de pouvoir partager une telle expérience avec des gens que vous connaissez. Pour ma part, mes yeux ne suffisent pas à mon émerveillement, j’ai besoin de partager! Prenez des photos aussi car c’est vraiment incroyable!

 

Je vous souhaite une belle aventure!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Descente en cabine
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Inscriptions chinoises dans la roche
IMG_4304
La plateforme, à l’entrée de la montagne
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
On ne le voit pas très bien sur la photo mais les marches sont littéralement à la verticale, du coup on est obligés de se tenir aux petites chaines sur le côté, c’est carrément de l’escalade à cette étape!

Australie #3 Allons toucher les nuages!

Une idée folle qui me hantait. Malgré tout ce que j’ai pu vivre de merveilleux en Australie pendant 5 mois, je ressentais le besoin de vivre THE aventure marquante, dont je me souviendrai toute ma vie!
Finalement en Australie il y en a eu plusieurs: assister à une représentation à l’opéra de Sydney (!!!), participer au Chinese bridge de la ville (compétition de chinois). Et enfin, l’objet de mon article du jour: le pont de Sydney, le Harbour Bridge!
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Savez-vous qu’il est possible d’en faire l’ascension?! Perso j’ai découvert cette possibilité une fois arrivée à Sydney. Je suis tombée amoureuse de ce pont. Je me souviens encore de la première fois que j’ai découvert la baie de Sydney, j’avais tellement hâte de voir l’opéra et finalement j’étais davantage attirée par le pont, peut-être parce que j’avais vu beaucoup de photos de l’opéra alors il me semblait plus familier. Enfin, toujours est-il que l’architecture de ce pont est incroyable. Sa voie piétonne est énorme, ce qui nous permet de nous promener en toute tranquillité et de profiter d’une vue sur l’opéra avant de rejoindre Luna Park, grand parc d’attraction présent toute l’année, et la zone plutôt résidentielle de Sydney. Il y a même une voie pour les trains sur ce pont!

Je dois vous l’avouer, l’expérience que je vais vous raconter est encore plus surprenante pour moi puisque j’ai toujours eu peur de traverser un pont, en particulier lorsque ce dernier passe au dessus de l’eau; m’arrêter en plein milieu, c’est encore pire! Alors imaginez monter à 122 mètres au dessus du niveau de la mer et cela pendant 3 heures 1/2! Et pourtant je le referais avec plaisir!
Plusieurs parcours sont possibles: le parcours « Bridge climb« , 3h 1/2 d’ascension tout au sommet du pont; le « Discovery climb » vous permet plutôt de découvrir (comme son nom l’indique) la construction du pont, on ne prend pas beaucoup de hauteur, au contraire on se retrouve juste au dessus de l’eau! Et enfin, l' »Express Climb« , ascension rapide qui dure tout de même 2 heures. Vous pouvez également choisir entre quatre moments de la journée pour faire votre ascension. Etant seule, j’ai choisi le jour. J’ai voulu tenter le parcours « Bridge Climb » et donc 1332 marches! Je vous emmène dans les coulisses de cette ascension dans les nuages de Sydney.
[Cliquez ici pour vous rendre sur le site officiel du Harbour Bridge]

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vue de nuit sur la baie de Sydney – Harbour Bridge

Tout d’abord, ce sont des amies sur place qui m’ont fait découvrir ce projet, bien que finalement je sois la seule à l’avoir fait! J’étais tellement émerveillée que ça ne m’a pas dérangé de le faire seule. L’effet Australie c’est que tout semble toujours sous contrôle. Les gens sont cools ET savent ce qu’ils font. Du coup j’étais tout à fait sereine.
Mon amie Australienne m’a accompagnée dans le batiment du Sydney Harbour Bridge, situé non loin du pont. Nous voyons plusieurs photos de célébrités qui ont effectué la même chose que je m’apprêtais à faire. Une vidéo de présentation était également diffusée. Celle-ci nous expliquait brièvement les différentes étapes avant l’ascension. J’avais hâte! Enfin, l’heure était venue, je donnais rendez-vous à mon amie 3 heures et demie plus tard!

Avec les personnes qui allaient faire l’ascension du pont, nous sommes allés à l’étage pour qu’une jeune fille nous explique quelques règles de sécurité et ce que nous nous apprêtions à faire. Ensuite, nous sommes passés dans une pièce voisine où il nous a été demandé à chacun de nous présenter. Nous étions peut être 9 à présenter notre nationalité, notre âge, la raison pour laquelle nous avons décidé de tenter cette aventure, etc.
Nous avons ensuite déposé nos affaires et enfilé nos supers tenues avec accessoires adaptés selon le temps. Tout l’équipement est ultra sécurisé. Nous enlevons les bijoux, pas de portable, caméra ou autre appareil autorisé, même pas de mouchoir. Tout ce dont nous avons besoin est fourni par la société: une combinaison grise et bleu avec capuche, une casquette, des gants, un pull, des lunettes, un mouchoir en tissu, une oreillette pour communiquer avec l’instructeur (beaucoup de vent là-haut!). Même les lunettes de vue sont tenues grâce à un cordon rattaché à la combinaison. Tout ce que nous avons est attaché à notre équipement et nous devons faire très attention à nos manipulations pour ne rien perdre. En effet, tout ceci est pour notre sécurité mais aussi, n’oublions pas que notre ascension a lieu au dessus d’une route et donc les couleurs sont adaptées pour ne pas perturber les conducteurs et ensuite le moindre projectile qui tomberait sur la route pourrait créer des accidents.

Après avoir enfilé nos équipements, nous participons à une simulation. Une petite portion de pont a été installée dans l’entrepôt pour nous entraîner à monter les marches (très abruptes) et à accrocher et décrocher nos harnais au début et à la fin, ainsi qu’à la manière de tenir la corde tout au long de l’ascension. Il y avait un esprit d’équipe très sympathique et le seul moment où j’ai vu notre instructeur être sérieux c’est lorsqu’il m’a demandé si mon niveau d’anglais était assez bon pour suivre (Ah notre magnifique réputation…) ses instructions.

Nous étions alors prêts pour l’ascension. Excitation et peur pour tout le monde à ce moment là. La structure du pont commence à l’intérieur de l’entrepôt. Nous sommes donc attachés à ce moment là et après quelques pas nous nous retrouvons à l’extérieur (frais! En Australie, l’hiver débute en juin). Au début nous ne sommes qu’au dessus de la route puis ça y est on monte tranquillement et on commence à surplomber la baie et à voir les gens et les voitures tous petits et la mer magnifique. Avec moi ce jour là, il y avait des soeurs, des amis d’un peu partout dans le monde.
Honnêtement, j’étais un peu crispée pendant ces 3 heures 1/2. J’appréciais l’effort, je n’avais aucun problème à regarder en bas mais effectivement le vent me gênait et j’avais peur de basculer (bien que nous soyons attachés).
Tout au long de l’ascension, le guide nous parlait, il plaisantait, nous nous arrêtions régulièrement pour l’écouter et profiter du paysage. La vue est magnifique mais finalement pas très extraordinaire, c’est plutôt l’ascension en elle-même qui restera dans les esprits. En fait, nous marchons là où seules les personnes chargées de l’entretient du pont se rendent. Nous avons même le droit à quelques photos prises par le guide. Individuelles et en groupe.

La descente passe deux fois plus vite que la montée malheureusement car personne ne voulait quitter le pont, on s’habitue vite! Le guide me dit que le fameux grimpeur français Alain Robert est passé par ici. Enfin, nous voici de retour à la case départ. Nous croisons d’autres groupes qui commencent leur ascension.
A notre arrivée, nous retirons tout l’équipement et récupérons nos affaires. De retour dans la zone d’accueil, nos photos sont affichées afin que nous puissions les acheter pour un souvenir. Moi avec la frange en l’air et pâle comme une cachet d’aspirine, non merci! Enfin la photo de groupe est offerte. C’est un beau souvenir à 19 ans! Tout le monde à le sourire mais plus d’énergie! Des images plein les yeux je retrouve mon amie et oui, j’ai adoré! Nous avons également reçu un certificat « Climber certificate » qui atteste que nous avons fait l’ascension du Harbour Bridge.
Climber certificate

Je dois admettre que le Bridge Climb est assez commercial, cela représente un certain coût que généralement les touristes plutôt que les locaux se permettent. A vous de passer outre et de savourer votre moment! C’était mon petit cadeau de moi à moi que je partage désormais avec vous! Allez, pour finir une vidéo qui montre le mieux cette expérience!

England #1 Birmingham

Happy birthday Birmingham! Ton canal, ta population, ta nourriture, ton accent indien et encore ta population m’ont presque conquise!

Cela fait aujourd’hui un an jour pour jour, heure pour heure que je suis allée en Angleterre. Eh oui, un petit vol Ryanair de Montpellier pour arriver un peu plus de 2 heures plus tard à Birmingham!

J’y suis restée 3 mois (avril à juillet) pour mon stage de M1 en traduction. Il y a eu des haut et des bas mais globalement j’en garde de bons souvenirs! Je n’y ai pas rencontré beaucoup de personnes comme dans certains pays hors europe mais ces quelques personnes étaient en or et je vous assure que des comme ça, on en prend soin! Cette destination marque ma première expérience de couchsurfing ce qui la rend inoubliable. Hébergée à mon arrivée par une famille qui m’a considérée comme leur fille, j’ai pu ensuite héberger moi même des voyageurs. Encore une fois, inoubliable.

les rues de Birmingham
les rues de Birmingham

Birmingham est une jolie ville anglaise, située à l’ouest de Londres, que beaucoup considèrent absolument pas représentative de l’Angleterre (principalement à cause de la forte population musulmane). Birmingham, pour moi, c’est avant tout les « baguette » (nos baguettes avec du poulet tikka! ❤ – et bien d’autres!), Poundland et tous ces magasins anglais qui proposent plein de petites choses à moins de £1, les gentils (beaux?) serveurs british et la grosse couche de crème obligatoire sur le chocolat chaud (hum…)! Mais LE symbole de Birmingham c’est LE centre commercial de la ville, c’est Bullring! Avec son taureau (« bull ») à l’entrée, et la Mailbox* (yeah baby!), The Cube**, Broad street (The rue des pubs and clubs pour les jeunes anglais un peu foufous…et les étrangers curieux!). Birmingham accueille sa propre Gaypride au printemps.

Mais ce que j’ai aimé par dessus tout à Birmingham c’est son canal et ses péniches! Ah le canal le long duquel tout se passe. La projection du film Grease à gauche, un opéra à droite, une course de bateaux (The dragon boafestival) sur le canal, un concert en plein air…n’oublions pas non plus la toute nouvelle librairie de Birmingham qui est un monstre d’architecture! Si vous en avez la possibilité, c’est la zone où habiter!

L’architecture à Birmingham est très jolie! On peut penser un peu à Toulouse avec ses murs de briques rouges. A cela s’ajoute le style anglais: des universités gigantesques, l’héritage historique, les double deckers, ces bus rouges à deux niveaux, le tea avec la petite coupe de sucre, le lait à part et du thé quasiment à volonté, les fish&chips! Et…et…et l’english breakfast! Bacon, eggs, sausages, tomatoes and beans/du lard, des oeufs, des saucisses, des tomates et puis des mojettes (!). Miam!***

La preuve en images!

Bullring, le centre commercial de Birmingham
Bullring, le centre commercial de Birmingham
English breakfast!
English breakfast!
Chocolat crèmeux! <3
Chocolat crémeux! ❤
The Mailbox
The Mailbox
Dragon boat festival sur le canal
Dragon boat festival sur le canal
Sonic dans Broad street
Sonic dans Broad street
The baguette
The baguette
Les péniches du canal
Les péniches du canal
les murs de briques
Architecture de Birmingham
The cube
The cube
un thé en haut du "cube"
un thé en haut du « cube »
fish&chips
fish&chips
Le canal de nuit
Le canal de nuit
le lieu de culture de Birmingham
le lieu de culture de Birmingham
La nouvelle librairie
La nouvelle librairie

Bien sûr tout ceci est bien plus agréable lorsque le célèbre temps anglais n’y met pas du sien! Et je tiens à démentir certains propos, il ne pleut pas plus en Angleterre, il pleut plus souvent. C’est différent! ^_^

Êtes-vous de mon avis sur Birmingham si vous y êtes déjà allés? Ou, est-ce que justement, cet article vous tente?


 

* La Mailbox c’est un « centre commercial » de luxe. On passe devant, on rentre c’est joli mais les gens comme moi s’y arrêteront rarement.

** The cube c’est un grand bâtiment magnifique à voir et l’intérieur est un vrai labyrinthe! Il abrite principalement des bureaux mais il est rattaché à un hôtel et au sommet il y a un restaurant avec vue sur l’ensemble de la ville. Un conseil, allez-y pour un petit panorama, les boissons n’y sont pas trop chères pour une petite exception!

*** Au cas où vous vous poseriez la question, dans la tradition anglaise, on mange l’english breakfast le dimanche. C’est le jour où on se lève plus tard alors on mange plus tard et on se fait un bon petit déjeuner (si, si, c’est délicieux!). Le midi, on mange alors très peu et le soir on mange plus tôt que d’habitude, vers 17h.

Australie #1 The great ocean road

ImageDate: 18 Avril 2011

Lieu: sud de l’Australie, the great ocean road.

Trois copines: moi, une espagnole et une chilienne.

Avec nous: une voiture de location et la force de la jeunesse!

Conditions: idéales! Une belle et merveilleuse journée ensoleillée et une vue spectaculaire!


Avec mes amies nous avons décidé de parcourir une partie de la côté Australienne en une journée, et pas n’importe laquelle, la « great ocean road »!

Cette route australienne, comme son nom l’indique, longe la côte sud de l’Australie et offre un panorama fantastique. C’est une route célèbre avec de nombreux points touristiques. A vous de vous arrêter là où ça vous plait!Carte de la great ocean road avec ses principaux lieux touristiques

L’avantage avec l’Australie c’est que même sur une route célèbre, quand il y a plein de touristes au même endroit, il reste encore beaucoup d’espace pour tout le monde donc pas de stress!


 

Commençons par le commencement. Avec mes amies nous sommes parties de Melbourne où nous avons loué une voiture chez Europcar. Nous étions trois donc en partageant les frais de location et d’essence ce n’était vraiment pas cher la journée!

Budget ok donc mais temps limité pour nous! Nous savions très bien que nous ne pourrions pas longer toute la côte sud; nous sommes parties sur la route sans objectif de distance particulier, en nous arrêtant là où cela nous semblait en valoir la peine…au début on s’est arrêté partout! A partir de ce moment là on a décidé de sélectionner certains lieux que nous voulions absolument voir afin d’avancer un peu plus le long de la great ocean road!

Côté route…en Australie c’est comme en Angleterre, on roule à gauche, le conducteur est à droite dans la voiture. Aucune d’entre nous n’étant anglophone, nous avons déjà dû nous habituer à cela ET la great ocean road est une route assez intéressante disons! C’est très sineux, des virages partout, route serrée (qui nous parait surtout petite à nous avec notre petite voiture, roulant dans un sens auquel nous ne somme pas habituées, face à des engins énormes, etc.!) et très près de la mer ce qui est génial! (photo ci-dessous, sans zoom)

Image

MAIS la vue est magnifique, si vous avez la chance de parcourir la great ocean road vous aurez certainement envie de vous arrêter partout…et si vous en avez le temps, faites-le! Chaque endroit vous parait plus bleu et plus ensoleillé que le précédent!

Rejoignez les surfeurs ici, prenez des photos là, mangez avec les locaux là-bas!

Notre petit road trip s’est arrêté juste avant Kangaroo island (triste) car, je le rappelle, nous n’avions qu’une journée pour effectuer un aller/retour le long de la great ocean road.

Voici notre great ocean road trip à nous, en images:

Image

 

 

1er arrêt: les petits points au fond ce sont des surfers 😀

 

 

 

 

2ème arrêt (les deux photos du dessous): Eagle Rock (il y a aussi un magnifique phare!)

ImageImage

 

Image 

3ème arrêt (1 dessus, 1 dessous) : Apollo bay, jolie petite ville portuaire. On peut y rester quelques heures c’est très agréable.Image

Image

4ème arrêt: encore de la plage…idéal pour une pause pique-nique!

5ème arrêt: The twelve apostles/Les douze apôtres. A vous de trouver les douze rochers quand vous y serez! En tout cas la vue est ma-gni-fique avec le soleil qui commence à se coucher!

5ème arrêt: les douze apôtres

 

 

 

 

 

 

 

 

Image

 

6ème arrêt: Port Campbell. Eh oui il y a aussi des villes sur la côte Australienne, ce petit village, et surtout sa population (!), était charmant(e).

C’est l’occasion de faire un peu de ravitaillement!

 

 

 

 

7ème arrêt (les deux photos ci-dessous): encore et toujours une vue magnifique, le jeu des ombres ajoute à la splendeur du spectacle. Sur le coin droit de la 2ème photo on aperçoit un escalier en bois qui mène à ce petite merveille.

ImageImage

8ème arrêt: le London bridge. C’était le dernier arrêt pour mes copines et moi avant le retour à Melbourne. Vous l’aurez deviné on l’appelle le « londong bridge » à cause de sa forme qui ressemble à celle d’un pont. Ah la nature…

ImageSur le chemin du retour, on revoit rapidement tout ce spectacle, un peu plus éloigné du bord de route cette fois-ci (conduite à l’anglaise oblige!). Nous retournons sur Melbourne pleines d’énergie, de soleil et des images plein la tête (et l’appareil photo!)!

Je vous souhaite de pouvoir prolonger cette aventure…

 

 

Un week-end dans la ville rose

Toulouse, « la ville rose » est l’une des plus belles villes de France! Qu’il pleuve ou qu’il fasse beau, cette ville est toujours agréable.

Un week-end dans la ville rose

Vous souhaitez passer un week-end à Toulouse? Voici mon conseil pour la visite de cette ville: chaque rue regorge de secrets alors laissez-vous perdre dans son centre ville pour tomber sur d’agréables surprises…comme moi lorsque la pluie m’a menée dans la crêperie la plus célèbre de Toulouse, puis dans un magnifique magasin de souvenirs et enfin dans une église catholique où j’ai pu entendre la répétition d’une chorale.

Le samedi:

Si vous aimez le shopping, profitez-en! Les rues du centre-ville regorgent de boutiques, vous pourriez y passer toute la journée! De même pour les cafés et restaurants.

A savourer…la saucisse de Toulouse et le cassoulet!

Un week-end dans la ville rose Une des rues commerçantes de la ville rose

Pour la visite de la ville, visitez le capitole, observez des joueurs d’échecs sur la place rose, mangez en profitant de la fraîcheur des fontaines.

Pour l’aspect culturel et religieux, il y a beaucoup d’églises, notamment une magnifique église baroque, et de musées à visiter (gratuits pour les étudiants!).

Un week-end dans la ville rose

L’intérieur d’une des nombreuses églises de Toulouse

Je me suis également faufilée dans la fac de droit, dont le bâtiment est très ancien, d’où son intérêt!

Le dimanche:

Le dimanche, en France, tout (ou presque) est fermé, profitez-en pour vous balader dans la ville et ses alentours.

Rendez-vous à l’un des nombreux marchés de la ville, promenez-vous le long de la Garonne, rendez-vous dans les nombreux parcs de la ville, notamment un jardin japonais.

Pensez à la location de vélos pour vos ballades; à Toulouse le service de location est vraiment bon marché et de bonne qualité, alors n’hésitez pas. Le vélo c’est un moyen agréable de se rendre facilement d’un point à un autre, tout en profitant du beau temps et du paysage.

Un week-end dans la ville rose

Un week-end dans la ville rose
magnifique jardin japonais à Toulouse

 

 

 

 

 

En bref, profitez de l’ambiance toulousaine, l’accent local, le temps et le rythme détendu! Deux jours à Toulouse passent très vite si, comme moi, vous aimez tout voir et visiter!

[Ma description d’un week-end à Toulouse n’est pas hyper détaillée avec le nom des lieux…d’abord je ne veux pas faire de pub pour un lieu particulier, ensuite chacun vit ses week-end à sa manière alors je vous laisse vous approprier la ville de Toulouse… j’y suis allée en Mars 2013]